La mémoire, ce passé au présent (François Chalais)  

Paroisse de Jarville-la-Malgrange. — L'œuvre de construction se poursuit

Le nouveau curé, l'abbé BIRCKEL prenait ses fonctions en février 1927 et poursuivait, pendant 24 ans, l'œuvre entreprise si bien commencée par son prédécesseur :

C'est ainsi que le petit orgue à cinq jeux était remplacé par un orgue en comptant 20, que le chauffage central était installé, que la nef était remise à neuf et que le dispensaire était créé. Construit sur le petit jardin, derrière l'église, en 1938, sa gestion était confiée aux Petites Sœurs de la Providence.

L'église présentait désormais aux regards, une façade symétrique avec les deux annexes en encadrement — les salles d'œuvres Saint-Joseph et Saint-Paul :

Rasée complètement, la vétuste salle de patronnage Saint-Joseph faisait place à une autre en 1933, répondant mieux aux nouvelles exigences.

La salle Saint-Paul, avant et après le second conflit mondial, abritait la salle de gymnastique et pendant la guerre la cantine scolaire. Sa façade était ramenée au niveau du clocher en 1948.

L'autel dédié au « CURÉ D'ARS » était érigé en 1939.

Les années d'après guerre virent les indispensables travaux de réfection de modernisation et d'entretien.

En 1955, le clocher était remis en état pour braver victorieusement pluies et tempêtes.

En 1957, la Maison Gény de Nancy faisait de gros travaux aux cloches. La même année, la mise en place d'une horloge électrique permettait de commander l'horloge du clocher depuis la sacristie. Auparavant, une personne devait faire l'ascension du clocher (6 ou 7 étages) pour remonter la pendule.

L'électrification était réalisée en 1960 et avec le renouveau liturgique préconisé par Vatican II, des transformations intérieures étaient opérées quant à la position de la chaire, de l'autel, etc. Les lampadaires inutiles depuis l'électrification étaient enlevés ainsi que la grille séparant les fidèles des officiants.

Les curés Jarville

Les curés de la paroisse de Jarville-la-Malgrange

Interieur de l'glise de Jarville

Intérieur de l'Église de Jarville-la-Malgrange

Le Chœur et l'autel de Sainte-Thérèse

*

*  *

Les inscriptions sur les quatres cloches qui sonnent les heures joyeuses et douloureuses de la paroisse

J'ai été bénite le 13 septembre 1903 avec mes 3 sœurs, par Mr l'abbé ELOY, curé archiprêtre de la Cathédrale de Toul, Mr l'Abbé Jean Marie Fulgence STREF étant curé de Jarville et Mr l'Abbé Prosper Casimir Jean-Baptiste FOUGERAY, ancien adjudant du 156ème de ligne, vicaire.

S'y ajoute sur la plus grosse :

- Je m'appelle ZOÉ, en mémoire de Mme Zoé, Juliette Gouy de Bellocq Feuquières, décédée le 1er janvier 1898.

J'ai eu pour parrain et donateur Mr Albert Gouy de Bellocq et pour marraine Melle Joséphine Charlotte Pauline Gouy de Bellocq, sa fille.

Sur la deuxième :

- Je m'appelle MARIE LOUISE, JEANNE, LAURE, MARTHE

J'ai eu pour parrains MM. l'Abbé Maurice, Louis-Régis Manquat - Charle Marie Gabriel Jacques de Vaugiraud - Athanase Hanry - Albert Charles Auer et Jean Forterre ; et pour marraine : Mme Léon Dédin née Marie Schneider - Mme Joseph Kuhn, née Marthe Brice - Melle Marie Wurmser - Melle Laure Pérot - Mme Alfred Forterre née Jeanne Avrot.

Sur la troisième :

- Je m'appelle FERNANDE MARIE

J'ai eu pour parrains Mr Fernand Bourreiff et pour marraine et donatrice Mme Vve Marie Bourreiff née Liégey - Andrée, Madeleine et Simone ses petits-enfants.

Les cloches et le baptême

En 1903, les enfants devaient être baptisés dans les 15 jours qui suivaient la naissance sinon "tout carillon (petit, moyen et grand) était refusé au baptême de l'enfant". Il en coûtait 5 fr. pour le petit carillon, 10 fr. pour le moyen carillon et 15 fr. pour la grande sonnerie (source : bulletin des familles).

Le curé fondateur

Fulgence, Jean-Marie Stref

Né le 5 avril 1862 à Morey, ordonné prêtre le 23 août 1885.

Professeur à l'École Saint-Sigisbert (1885) — vicaire à Saint-Laurent de Pont à Mousson (1889) — curé de Jarville (1898) — chapelain de la Cathédrale (1919) — chanoine honoraire (1923).

Il demeura à Jarville jusqu'à sa mort survenue le 11 décembre 1926 et fut enterré dans son église.

Le mercredi 15 décembre 1926, la paroisse de Jarville rendait les devoirs funèbres à M. le Chanoine Stref, Curé-fondateur de la paroisse, à laquelle il se dévoua pendant vingt huit années jusqu'à l'épuisement complet de ses forces.

*

*  *

Extrait du bulletin paroissial (Janvier 1927) :

Quelques traits, qui rappelleront à ceux qui l'ont connu, une physionomie sacerdotale singulièrement attachante et édifiante.

Mgr Turinaz avait chargé l'Abbé Stref de fonder une paroisse à Jarville, qu'il voulait détacher de Bonsecours. C'était une entreprise difficile et délicate.

Sous l'impulsion de ce curé l'humble chapelle subit une transformation merveilleuse. L'Abbé Stref ne se contenta point de bâtir, il consacra tous ses efforts à élever cet édifice spirituel, complexe et vivant que forme une grande paroisse moderne. A son ardeur intrépide, répondirent les sympathies d'une population ouvrière heureuse de voir qu'on s'occupait d'elle.

On vit successivement germer et fleurir les confréries religieuses, il apportait partout avec sa chaude parole et son joyeux sourire, l'entrain et la confiance. Il se plaisait surtout avec les jeunes gens et les hommes. Il ne manquait pas une réunion du soir et s'attardait volontiers avec ces ouvriers qui se sentaient honorés par la conversation du prêtre. De là venait la popularité de bon aloi dont il jouissait à Jarville…

Le continuateur de l'œuvre entreprise par son prédécesseur

Le Chanoine BIRCKEL - deuxième curé de Jarville-la-Malgrange s'est éteint le 11 février 1953 à la Collégiale de Bonsecours où il s'était retiré au début de 1951.

Ses obsèques ont eu lieu le 14 février 1953. Selon son désir le Chanoine Birckel repose au cimetière de Jarville.

La paroisse, après collecte, fit placer sur sa tombe une pierre tombale, souvenir de reconnaissance à leur ancien curé.

*

*  *

JARVILLE-LA-MALGRANGE a eu aussi sur son territoire :

de NOMBREUX PRÊTRES en activité :

- au domaine de Renémont, pour l'animation du foyer séminaire,

- la conservation des bâtiments, l'internat de l'école technique de BOSSERVILLE,

- au Collège de LA MALGRANGE,

- à l'œuvre des SOURDS-MUETS,

- prêtres au travail.

des VOCATIONS - des premières messes dont plusieurs enfants de Jarville-la-Malgrange :

Abbés MANQUAT - KALTNECKER - Georges WETZEL - André PIERRE - André WEBER - Michel THIERY - Charles GÉRARD - Robert GÉRARD - Paul DIDIER - GEORGE - Jean BUCK - Jean-Marie COLLARD - LALLEMENT - HACQUARD - MARÉCHAL - CREMEL - Jean TOUSSARD - Pierre HEYMES - Jean-Marie LAVEUF - MASSON.

des RELIGIEUSES :

- Thérèse DRŒSCH - en religion Sœur Mari Séraphine (Sainte Enfance),

- Jeanne OSTER - en religion Sœur Euphémie (Saint-Charles),

- Marie Louise JACOB - en religion Sœur Agnès de l'Enfant Jésus.

LES RELIGIEUSES.

Il est nécessaire de signaler la participation des sœurs de la Sainte-Enfance à l'enseignement dans les écoles. En 1902, celles-ci ont dû partir par suite de la laïcisation.

Leur dévouement s'est manifesté pour les malades, les personnes âgées, les infirmes lors de la prise en charge du dispensaire et des soins à domicile - Sœurs de la Providence - à partir de 1937.

N'oublions pas non plus les autres tâches, tout aussi méritantes, comme l'entretien et la propreté de l'église, le catéchisme, le patronage…


Recherche
Recherche
Jarville-la-Malgrange
Webmaster - Infos
Ecrire à Alain