La mémoire est l'avenir du passé (Paul Valéry)  

Une demeure du XVIIIème siècle

Simple rendez-vous de chasse, propriété de la famille De Rennel, c'est à BON PRÉVOST, premier fermier (1) général de Stanislas que le château doit l'essentiel de sa physionomie actuelle et dont la première pierre fut posée en 1757.

C'est pour que sa fille Adelaïde-Edmée soit élevée à l'air pur de la campagne que BON PRÉVOST fit édifier un corps de logis, flanqué de deux pavillons avec des ferronneries légères sorties de l'atelier de Jean Lamour.

Bon Prévost menait large train de vie et il ne manquait pas de recevoir le roi de Pologne venant du château de la Malgrange tout proche.

Le décès prématuré de Bon Prévost survenu en 1762 (?) obligea sa famille à vendre Montaigu qui changea plusieurs fois de propriétaires.

C'est lors de la tourmente révolutionnaire que furent remis au château heureusement préservé, la chapelle et les terres dépendant de l'ermitage vendues comme biens nationaux en 1791.

En 1793, la statue de Notre Dame fut détruite et la chapelle eut beaucoup à souffrir.

*

*  *

Montaigu et la famille Prévost

Adélaïde Edmée, l'enfant chérie… pour qui fut construit le château.

Issu d'un milieu modeste, BON PRÉVOST s'éprit à Paris de Marie LEMAITRE, jeune fille courageuse, dont une maladie disgraciait le visage. Par les soins d'un guérisseur que Bon Prévost connaissait, elle recouvrit la santé. Mais la belle-famille appartenant à la haute bourgeoisie s'opposa au mariage.

Les amoureux après avoir contracté un mariage secret en 1745, attendirent patiemment cinq ans jusqu'au jour où la situation se dénoua grâce au frère de la jeune femme, Jean LEMAITRE. Celui-ci avait acquis par un riche mariage la charge de trésorier général des fortifications. Ses appuis permirent à BON PRÉVOST d'obtenir la place de receveur général des fermes de Lorraine.

Après l'installation du ménage à Nancy, Madame PRÉVOST donna naissance à un fils, désiré depuis longtemps. Malheureusement, à la suite d'un accident, celui-ci mourut deux heures après sa naissance. Trois ans après, le 9 décembre 1755, Madame PRÉVOST eut une fille nommée Adélaïde-Edmée.

C'est pour son enfant, joie de son foyer, que BON PRÉVOST acheta Montaigu et transforma l'ancien rendez-vous de chasse. Il pensait que l'air de la campagne conviendrait mieux à Adélaïde que celui de Nancy.

Après la mort prématurée de BON PRÉVOST, survenue semble-t-il en 1763, la famille connut des difficultés financières, vendit Montaigu et retourna vivre à Paris.

Adélaïde-Edmée, l'enfant chère au cœur paternel, épousa en 1780, Alexis LALIVE DE LA BRICHE, l'un des fils du fermier général Louis Denis LALIVE de BELLEGARDE et devint la belle-sœur de la célèbre femme de lettres Madame d'Épinay (2).

Suivant son exemple, tout naturellement, Adélaïde tint, elle aussi un salon…

__________

1. — Ancien receveur des finances, financier sous l'ancien Régime qui prenait à ferme, le droit de percevoir l'impôt (Retour).

2. — Mme d'Épinay (1726-1783) : elle fut la protectrice de J.-J. Rousseau pour qui elle fit construire l'Ermitage, et l'amie de Francueil, de Crime et de l'Abbé Galiani. Elle a rédigé des mémoires intéressants (Retour).


Recherche
Recherche
Jarville-la-Malgrange
Webmaster - Infos
Ecrire à Alain