La mémoire est dans le cœur (Madame de Sévigné)  

Renémont. — L'Édification d'une première propriété

Après la mort de François AERTZ, sa femme (née Catherine MASSON) vendit la GRANDE MALGRANGE et, conservant le BOIS DE JARVILLE, y fit construire en 1817 une première maison.

Le domaine probablement à cause de son état fut dénommé "SAUVAGEON".

Le 22 février 1823, François GOUY avocat à NANCY et Marie Anne Sophie NOËL son épouse, acquirent la propriété.

Fervent d'histoire, François GOUY rebaptisa le parc "RENÉMONT" en souvenir des événements de 1477.

Après sa mort survenue en 1839, son fils Jules agrandit l'héritage vers Fléville et dota le château de son plus bel ornement : une façade sculptée de style renaissance italienne.

Château de Renémont

Château de Renémont

Cette décoration architecturale ornait une vieille demeure, l'hôtel "LUNATI-VISCONTI" sis au n° 6 rue de Guise à Nancy et dont l'existence s'explique ainsi : Issu d'une famille italienne originaire du Milanais, le Marquis Ferdinand avait suivi le Duc de Lorraine Léopold, rentrant dans ses états en 1698. En 1842, craignant la démolition de l'œuvre d'art, Jules GOUY la racheta et la fit remonter par l'architecte VIVENOT en en modifiant l'ordonnance sur la façade du château de RENÉMONT.

On peut lire de chaque côté de celle-ci, deux inscriptions latines, l'une commémorant le passage de René II, l'autre expliquant la présence surprenante, en ce lieu, d'une ornementation architecturale datant de la Renaissance.

SUB FAUSTO RENATI NOMINE

OB HISCE LOCIS VICTORIAM INCHOATAM

AUSPICATUM

NOMIS JANVARII MCDLXXVII

DUX LORHARINGLÆ URBEM LIBERATURUS

HIC, IN SYLVIS, AGMINA ABDIDIT

Dédié au nom glorieux de René

A cause de la victoire qui eut ses débuts en ces lieux

Le jour des nones de janvier 1477

Le duc de Lorraine marchant à la délivrance de sa capitale

Cacha ses troupes ici même dans ces forêts.

*

*   *

AB ÆVO EXCESUM

IGNOTI SED INSIGNIS ARTIFICIS OPUS

HOC MONUMENTUM

PRIMUM IN URBE NANCEIO

SŒCULO DECIMO SEPTIMO INEUNTE

EXSTRUCTUM

VETERIS INGENII CULTOR

IN PATRIÆ ARTIS MEMORIAM

JULIUS GOUY

RESTAURATI ET REÆDIFICARI CURARIT

ANNO MDCCXLII

Alors qu'il était déjà blessé par le temps

Ce momument

Sculpté par un artiste inconnu mais non sans mérite

Et construit d'abord à Nancy

Au début du XVIIème siècle

A été restauré et réédifié

Par un ami du passé

Fidèle aux gloires artistiques de sa patrie

Jules Gouy

En l'année 1842.

En 1868, le journal de la Société d'Archéologie et du Comité du Musée Lorrain publiait la lettre de remerciement que le Prince de Metternich, Ambassadeur d'Autriche à Paris avait adressé à Mr Jules Gouy.

On y apprenait que "Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique avait apprécié de recevoir de Mr GOUY un dessin représentant le monument élevé à Renémont, 26 ans plus tôt, en mémoire de la victoire remportée par le Duc René II, son ancêtre…"

N'oublions pas en effet que l'Empereur François Joseph 1er appartenait à la dynastie des Habsbourg-Lorraine fondée par l'union de Marie Thérèse avec François III, ancien duc de Lorraine.


Recherche
Recherche
Jarville-la-Malgrange
Webmaster - Infos
Ecrire à Alain