La mémoire est l'avenir du passé (Paul Valéry)  

Renémont (autrefois Sauvageon)

Des fluctuations de climat se sont produites sur Jarville-la-Malgrange comme le révèlent quelques modestes vestiges du passé.

Le Bois de Jarville

Ce lieu-dit appelé " BOIS DE JARVILLE " dès le haut moyen-âge, puis du 13ème au 18ème siècle "BOIS DES DAMES PRÊCHERESSES", vit passer l'armée de René II, lorsque le 5 janvier 1477, elle s'élança sur les troupes de Charles le Téméraire et les défit. Plus tard en 1633, c'est une autre armée, française celle là, sous les ordres immédiats de Richelieu et de Louis XIII, qui établit son campement à proximité du bois, à Laneuveville. Les relations entre le Duc Charles IV et Gaston d'Orléans ont déclenché l'intervention royale. Autour de la capitale lorraine une immense ligne de circonvollution (1) fut dessinée. Elle contournait la forêt de Jarville, mais les soldats en corvée ou en maraude venaient y faire des provisions de chauffage. Et l'habitude en fut si bien prise qu'après la chute de Nancy, les troupes continuèrent leurs déprédations.

Le terrain fut ruiné. Les Dames Prêcheresses proposèrent un arrangement aux Augustins de Saint-Charles qui desservaient la chapelle de Montaigu. Elles leurs louèrent à perpétuité 30 jours dudit bois, à charge pour eux de remettre en état les vignes et les terres labourables (1658).

En 1698, Léopold décida de construire un nouveau château à la Malgrange.

Désirant agrandir sa propriété, il proposa aux Dames Prêcheresses d'échanger contre 40 arpents de bois près de Clairlieu les 37 arpents et demi du BOIS DE JARVILLE (1725). Le bois fut donc annexé au parc du domaine.

Désirant agrandir sa propriété, la Malgrange devint bien national. Après bien des vicissitudes, le bois fut vendu en 1803 par adjudication publique à Jean Baptiste Lambert HUBERT, dit LACOUR tailleur d'habits à Nancy. Il passa ensuite entre les mains de François AERTZ négociant propriétaire de la GRANDE MALGRANGE. Il acheta également des terres labourables - dont le pré Tendu ou Teint - raccordant par une suite ininterrompue, comme au temps de Léopold, le BOIS DE JARVILLE aux terres de la Malgrange.

__________

1. — tranchée avec redoutes que font les assiégeants autour d'une place investie pour se garder contre les entreprises d'une armée extérieure (Retour).


Recherche
Recherche
Jarville-la-Malgrange
Webmaster - Infos
Ecrire à Alain