La mémoire est dans le cœur (Madame de Sévigné)  

Au 15ème siècle, Jarville servit de théâtre à la mémorable bataille de Nancy.

Plan de la bataille de Nancy en 1477

Rectification du Plan de la bataille de Nancy en 1477 publié par le Congrès scientifique de l'an 1850

par F.J. B.N.A.N.H. & a. (source : Gallica).

Au vaste territoire que constituait déjà la Bourgogne proprement dite, Philippe le Bon avait su réunir la presque totalité de l'ancien royaume de Lothaire, petit-fils de Charlemagne, c'est à dire les comtés de Namur, Hainaut, Hollande, Zélande, Frise et les duchés de Brabant, Limbourg, Luxembourg et Liège.

Cela pourtant sembla insuffisant à son fils Charles le Téméraire né en 1433, pour qui, la Lorraine, située entre deux parties de son domaine, était un objet de convoitise.

Il lui fallait la prendre à son suzerain légitime René II. Il réussit à prendre Nancy en 1475. Mais dès l'année suivante, les revers du Téméraire en Suisse affaiblirent son prestige. Ce fut la révolte à Nancy.

Le Téméraire revint à la charge fin octobre 1476 et fit le siège de la ville pendant deux mois.

Le duc René II réussit à mettre sur pied une importante armée de 20.000 hommes (Suisses, Alsaciens, Autrichiens et Lorrains) qui opérèrent leur jonction à Saint-Nicolas-de-Port.

A l'aube du dimanche 5 janvier 1477, alors que Charles le Téméraire rangeait son armée en travers de la route de Saint-Nicolas à Nancy, entre le ruisseau de Nabécor et le ruisseau de Jarville (ruisseau de Brichambeau) et face au village de ce nom, l'armée de René II quittait Saint-Nicolas. A 11 heures, elle dépassait Laneuveville et atteignait un petit bois, bordant à gauche, avant Jarville, la grande route. Là, il y eut arrêt (source Maurice Garçot, Nancy la Ducale).

C'est en souvenir de cette halte que le domaine du "BOIS DE JARVILLE" fut baptisé RENÉMONT au 19ème siècle.

René II et les chefs de corps se rassemblèrent et établirent le plan d'attaque. Les éclaireurs avaient exactement déterminé le front bourguignon. Aussi, furent-ils unanimement d'avis de ne pas attaquer directement. Ils décidèrent de se porter sur le flanc droit du Téméraire que des couverts permettraient d'atteindre sans être vu.

Un mince détachement reçut l'ordre de suivre la grande route et d'attaquer le centre ennemi. Un autre plus nombreux, devait longer la Meurthe et se déployer face à la gauche. L'avant garde puis "la bataille" c'est à dire le gros de l'armée, flanqué de cavalerie, quittèrent le chemin de Nancy, franchirent, non sans peine, le ruisseau en crue d'Heillecourt et s'engagèrent entre le Bois de Jarville et celui de Saurupt. Ils atteignirent la ferme de la Malgrange, située en une sorte de vaste clairière.

En cet endroit, la troupe fit halte - à nouveau - Un prêtre monta sur un tertre, tenant dans ses mains l'hostie sainte (source : Ch. Pfister, Histoire de Nancy). Dans une véhémente allocution, il engagea les soldats à bien se battre.

Vers 1 heure d'après-midi, l'armée de René II longea la lisière ouest du bois, franchit le ruisseau de Jarville et par un chemin creux, attaqua l'armée bourguignonne sur sa droite. Ce fut la victoire pour l'armée de René II. On retrouvera le corps de Charles le Téméraire au bord du ruisseau Saint-Jean près de l'étang.

La bataille de Nancy en 1477

La bataille de Nancy (source : La Nancéïde de Pierre de Blarru)


Recherche
Recherche
Jarville-la-Malgrange
Webmaster - Infos
Ecrire à Alain