Le temps qui passe est un traînard, le temps passé est trop pressé (Michel Conte)  

Le canal de la Marne au Rhin

Au titre des grands ouvrages publics, figure la construction du canal de la Marne au Rhin qui fut commencée en 1839 et se poursuivit jusqu'en 1852.

Cette voie d'eau de 315km jusqu'à Strasbourg et qui rejoint le canal de l'Est très proche va favoriser avec les lignes de chemin de fer, l'essor industriel et commercial, de toute la région lorraine et de Jarville en particulier.

Cette entreprise suppose un financement considérable. En 1850, la réduction des crédits entraîne un ralentissement des travaux.

« Il suffirait d'une dépense de 250.000 fr. en 1850, pour obtenir l'ouverture de la partie comprise entre la Meuse et Nancy. Dans la partie entre Nancy et le Bas-Rhin, les travaux sont moins avancés, néanmoins on donne l'assurance qu'ils pourraient être terminés à la fin de 1851 si un crédit de 4.000.000 fr. était incessamment accordé » peut-on lire dans l'annuaire administratif de la Meurthe.

Ce moyen de communication en dépit des insuffisances du tracé, de capacité et d'équipement des voies d'eau va permettre d'assurer les transports lourds comme du charbon, du minerai de fer, du bois, des graviers et calcaires, des produits de l'industrie soudière et favoriser l'implantation d'activités à Jarville, telles les fonderies (Forges du Nord Est, entreprise de construction de bateaux (Forterre) etc…

Les péniches sont remorquées par des chevaux sur le chemin de halage ; les professions de maréchal ferrant, de marchand de chevaux viennent se greffer autour de ces activités.

Vers 1910, en présence de représentants des Ponts-et-Chaussées, de la navigation, de la Chambre de Commerce, de la Cie des tramways suburbains, des expériences eurent lieu à Jarville, écluse n° 26, pour remplacer la traction animale des bateaux par la traction électrique.

L'écluse n° 26 de Jarville-la-Malgrange

L'écluse n° 26 de Jarville-la-Malgrange

La force motrice était fournie par la Cie Générale Électrique. On avait établi un câble d'essai d'environ 500 m. C'est un des bateaux des usines Solvay avec une charge de 2800 tonnes qui servait aux expériences. On constatait alors que la vitesse par traction électrique était de 8 km à l'heure au lieu de 3 par la traction animale (Est Républicain 7.7.1910).

De gros travaux eurent lieu à l'écluse de Jarville en 1923.

L'écluse n° 26 de Jarville-la-Malgrange après les travaux

L'écluse n° 26 de Jarville-la-Malgrange après les travaux


Recherche
Recherche
Jarville-la-Malgrange
Webmaster - Infos
Ecrire à Alain