Le temps passe, et chaque fois qu'il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s'efface (Jules Romains)  

Distribution d'eau potable

Au XIXème siècle, les modes de vie évoluaient et le besoin de distribution d'eau se faisait sentir impérativement pour les raisons physiologiques et domestiques.

En 1860, le Conseil Municipal autorisait la construction d'une première fontaine communale. Dès 1881, d'autres fontaines étaient édifiées à l'intérieur du village.

Le passage de canalisations publiques empiétait sur la propriété privée de M. GOUY ce qui conduisit, en 1882, la commune de Jarville à échanger la servitude de son droit de passage à travers la ferme du moulin contre le droit de poser les tuyaux d'amenée des eaux vers les fontaines communales.

En 1912, la commune entreprit des recherches en eau pour compléter le réseau alimentant Jarville.

A partir de 1921, la commune reçut l'eau de la Moselle fournie par la ville de Nancy.

En 1930, neuf bornes fontaines supplémentaires étaient installées.

La même année, était ouverte, une enquête de commodo et incommodo à la suite de l'arrêté préfectoral approuvant les travaux de captage des eaux du ruisseau du Fonteno au profit du Syndicat Intercommunal de Houdemont; Vandœuvre et Heillecourt.

La commune de Jarville protesta énergiquement auprès de la commission d'enquête considérant que le captage des eaux causerait un grave préjudice à ses habitants.

Il était, en effet, interdit de se servir de l'eau des bornes fontaines pour tout autre usage que l'alimentation.

Les riverains devaient donc utiliser, en l'absence de toute autre eau, celle du ruisseau pour satisfaire à des besoins ménagers ou à l'arrosage de leur propriété (parmi eux bon nombre de maraîchers). En 1931, la commune fit effectuer des captages d'eau de la source à "la Sablière" et organisa son propre service de distribution. Mais pour certaines périodes de l'année, où le débit se révélait insuffisant, la Ville de Nancy fournissait le complément en eau de Moselle.

En 1939, un jarvillois commit une imprudence et… mis à sec les trois réservoirs d'eau potable de la commune.

En effet, ce propriétaire de la rue de la République avait démonté son robinet avant compteur. Dans l'impossibilité de le remettre et voyant l'eau couler à flot, il se précipita en mairie pour obtenir la clé qui permettrait de fermer la conduite principale.

Au lieu d'agir sur la vanne de fermeture, il ouvrit celle de vidange et les trois réservoirs se trouvèrent vides le lendemain matin. Il en fut quitte pour supporter la moitié du préjudice d'eau perdue.


Recherche
Recherche
Jarville-la-Malgrange
Webmaster - Infos
Ecrire à Alain